Nouveaux domaines

Explorer toutes les richesses du végétal

La prospective est une dimension essentielle de la stratégie d'Avril. L'une des missions du Groupe étant de permettre au monde agricole d'apporter des solutions d'avenir en termes d'alimentation, de ressources énergétiques et chimiques dans une dynamique de préservation de l'environnement.

Protéines végétales : un enjeu alimentaire

Selon une étude prospective menée par le BIPE * et le Groupe Avril, satisfaire les besoins mondiaux en protéines végétales deviendra un enjeu essentiel pour nourrir la planète. La demande mondiale en protéines devrait progresser de 40% d'ici à 2030. Le recours aux protéines végétales en équilibre avec l’apport de protéines animales - selon les trajectoires d’évolution des régimes alimentaires dans les pays émergents – constitue une réponse d’avenir. Les protéines et la chimie du végétal font partie des secteurs identifiés par la France au sein de la Commission Innovation 2030 pour porter la croissance, l’industrialisation et l'emploi.

Plusieurs programmes de recherche sont menés au sein de la plateforme IMPROVE (Institut mutualisé pour les protéines végétales) dans lesquels Avril est associé à d'autres acteurs de la transformation agricole et du développement.

* Bureau d'Informations et de Prévisions Economiques

Le tourteau : une autre vie de la graine

Jusqu'à présent, le tourteau, autre produit de la trituration des graines de colza et de tournesol, riche en protéines et fibres, était peu transformé et destiné exclusivement aux animaux d’élevage. Il est aujourd'hui au cœur de la recherche du Groupe Avril.  L'ambition ? Faire du tourteau une nouvelle matière première à fractionner pour recueillir les protéines qui s’y trouvent sous une forme concentrées possédant une haute valeur nutritionnelle pour l'alimentation des Hommes et des animaux. 

Biotechnologies : au cœur du vivant

Domaine d'exploration très prometteur pour Avril, les biotechnologies dites blanches utilisent des micro-organismes (bactéries, levures, enzymes, micro-algues) pour transformer la matière première végétale en composés valorisables, dans les domaines  de la chimie renouvelable ou des biocarburants de 3ème génération. Ces micro-organismes peuvent devenir des producteurs de composés d’intérêt industriel  - comme les bioplastiques - à partir d’huiles ou producteurs eux-mêmes d’huiles à caractère original.

Le Groupe dispose de son propre atelier de biotechnologies industrielles sur le site d'Oleon à Venette près de Compiègne avec l'ambition de développer une unité industrielle dès 2017.

Par ailleurs Avril s'implique dans plusieurs projets liés aux biotechnologies à travers des partenariats : avec la société Fermentalg par exemple, société spécialisée dans la production d'huiles et de protéines issues des micro-algues ou au sein de l'Institut P.I.V.E.R.T. qui  mène des recherches sur de nouveaux procédés pour valoriser la plante entière. Avril fait également partie des partenaires de Toulouse White Biotech, dont la mission est de favoriser l'interface recherche publique / industrie dans le domaine des biotechnologies blanches.

Biomasse: le défi des ressources

La biomasse oléoprotéagineuse regroupe des plantes riches en lipides et protéines comme le colza, le tournesol, le pois…. Ces ressources ont un rôle privilégié dans les activités industrielles du Groupe Avril. La plante est au cœur de la RID*.

Ainsi le Groupe participe à l’amélioration des semences en soutenant la dynamique de sélection variétale.

L'ambition du Groupe est d'exploiter au mieux cette biomasse qui représente une matière première renouvelable très intéressante pour la chimie et l'énergie.

En partenariat avec des universitaires et d'autres industriels au sein de l'Institut P.I.V.E.R.T., Avril développe des recherches sur la bioraffinerie oléagineuse du futur. Celles-ci permettront de valoriser la plante entière grâce à une gestion complète de la matière et de l'énergie apportée dans une logique d'écologie industrielle.

L'objectif de la recherche est aussi de savoir traiter la plus large diversité de biomasses possible comme la biomasse lignocellulosique (bois, paille, résidus végétaux) utilisée dans le projet BioTfueL ou encore les micro-algues (voir Biotechnologies).

Tout est bon dans le tournesol

Les coques de tournesol, déjà utilisées pour alimenter la chaudière biomasse de l'usine de trituration de Bassens, de Lezoux, constituent pour Avril une matière première d'intérêt industriel. La recherche travaille aujourd'hui à les transformer pour diversifier leur usage vers la chimie fine ou les éco-matériaux.

* Recherche, Innovation, Développement