Réaction suite à la publication d'une vidéo ciblant un fournisseur d'œufs du groupe Avril

Réaction suite à la publication d'une vidéo ciblant un fournisseur d'œufs du groupe Avril

Le groupe Avril est engagé auprès de ses partenaires éleveurs comme de ses consommateurs et clients pour accompagner la transition vers l’œuf alternatif. Il n’a jamais refusé la moindre transition, dès lors qu’elle s’effectue de façon progressive et responsable, notamment vis-à-vis des éleveurs français, trop souvent stigmatisés.

Cette transition ne peut se décréter : elle prend du temps et ne peut se faire que de façon concertée, constructive et dans le cadre d’un accompagnement à la hauteur de l’enjeu. C’est la conviction du groupe Avril, qui travaille de concert avec chacun de ses partenaires éleveurs afin de favoriser une transition maîtrisée vers l’œuf alternatif, à même de préserver la diversité de l’élevage français, son rôle dans l’équilibre des territoires ruraux et sa contribution à la souveraineté alimentaire de la France, sans recours à l’import, avec une traçabilité et une sécurité exemplaires.

La filière française est aujourd’hui au travail et l’élevage du Morbihan pris pour cible par L214 et 30 millions d'amis s’inscrit pleinement dans cette démarche, puisqu’il a prévu d’entamer sa conversion vers l’œuf alternatif dès 2020. Les changements profonds qu’implique cette conversion ne peuvent raisonnablement pas être exigés du jour au lendemain.

Le groupe Avril a annoncé le 4 octobre 2018 l’engagement de la marque Matines, qui n’exerce pas d’activité d’élevage mais conditionne et commercialise les œufs issus de 370 élevages partenaires français, à proposer d’ici 2025 des œufs 100 % alternatifs, à savoir exclusivement issus de poules élevées au sol (code 2), en plein air (code 1) et selon le mode de production biologique (code 0).

De son côté, la société Ovoteam, qui fabrique des produits à base d’œufs (ovoproduits) à destination des acteurs de l’agroalimentaire, de la restauration collective, de la boulangerie-viennoiserie et de la pâtisserie, est elle aussi engagée dans une transition progressive de ces marchés. Elle n’a simplement pas, à ce jour, communiqué de date buttoir à cet engagement. Pourquoi ? Parce que la décision appartient aussi à ses clients utilisateurs, qu’elle encourage quotidiennement à privilégier l’œuf alternatif français.